Présentation

Le Petithéâtre est un théâtre de poche fondé en 1975 à l'initiative de citoyens soutenus par la Bourgeoisie de Sion et par la Ville de Sion, désireux de donner une offre culturelle à la population sédunoise alors que le Théâtre de Valère était sur le point d'être fermé pendant 6 ans pour rénovations.

À l'achèvement des travaux du grand théâtre, les fondateurs du Petithéâtre ont décidé, avec la bénédiction de la Commune, de maintenir leur offre complémentaire…

Sis en vieille-ville à la rue du Vieux-Collège, dans le bâtiment de la Petite Chancellerie, il compte une jauge public de 60 places et un plateau de 6 mètres d'ouverture sur 8 de profondeur couvert par une voûte en pierres apparentes dont le faîte culmine à 4 mètres 85.

À l'étage, un foyer sert à l'accueil des spectateurs qui y retrouvent la billetterie, le bar, et les commodités. Des loges pour les compagnies y sont attenantes, un escalier en vis permet de rejoindre le plateau ou d'accéder au grenier en mezzanine, qui sert de bureau administratif, d'archives, et de stockage de décors et de matières.

La programmation d'une saison comprend généralement 4 à 5 créations pour 6 à 12 représentations chacune, et 8 à 10 accueils, qui jouent 3 à 4 fois.

Depuis 2007, le Petithéâtre est administrativement chapeauté par la même association que le Théâtre de Valère, le Cercle des Manifestations Artistiques, et devient officiellement le CMA-Petithéâtre de Sion.



Historique

À qui doit-on la création du Petithéâtre ?

L'histoire du Petithéâtre commence en 1974 sous l'impulsion de quatre personnes : Jacques de Torrenté, alors en fin de formation théâtrale, Jacques Guhl, l'un des fondateurs du Théâtre des Faux-Nez à Lausanne, Christian Holzer, président le Cercle des Manifestations artistiques sédunoises, et Franco Cibrario. Les instigateurs ambitionnent de toucher un public plus jeune et plus large que celui du Théâtre de Valère, en proposant des spectacles qui n'entrent pas dans sa ligne.

Qu'est-ce que l'ancien Petithéâtre ?

Leur projet aboutit lors de l'ouverture, en 1975, de l'ancien Petithéâtre, au n°14 de la rue du Vieux-Collège. La structure est consacrée à des créations, tant théâtrales que musicales, ainsi qu'à des accueils de professionnels. Les affiches comporteront des noms tels que ceux de Bideau, Terzieff, Piéplu, et, pour la chanson, Mouloudji ou Enzo Enzo à ses débuts.

Pourquoi avoir déménagé ?

La salle de la rue du Vieux-Collège 14 s'avère pourtant, avec les années, peu adaptée au théâtre. À certains désagréments techniques s'ajoute la volonté du propriétaire de réinvestir ses locaux. Par une heureuse coïncidence, la Ville de Sion décide, en 1988, de quitter la Petite Chancellerie, alors vouée aux archives communales. Sur proposition de l'équipe du Petithéâtre, décision est prise d'y aménager une salle de spectacle. C'est ainsi qu'en 1990 a lieu l'inauguration de l'actuel Petithéâtre, au 9 de la même rue du Vieux-Collège.

Qui s'est occupé du théâtre ?

Christian Holzer en sera responsable pendant vingt ans, avec le concours, entre autres, de Jacques Guhl, Charles-Henri Boichat et Vérène Stieger. En 1990, il décide de s'extraire progressivement du Petithéâtre. C'est en 1996 que la gestion du lieu est reprise par un comité emmené par Christophe Daverio et Françoise Gugger, qui s'appuient sur des collaborateurs tels qu'Elisabeth Germanier, François Veuthey, José-Manuel Ruiz ou Alexandre Vogt. Avec le temps, la subvention communale augmente et permet une professionnalisation progressive du fonctionnement. Cette nouvelle ère est marquée par une volonté prioritaire de création de spectacles.

L'attention se porte de préférence sur des artistes valaisans expérimentés ou débutants. Nombre d'entre eux ont passé par le Petithéâtre, et c'est avec plaisir qu'il les y retrouve et suit l'évolution de leur carrière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La Petite Chancellerie au début du siècle

L'ancien Petithéâtre en 1973

Un spectacle des ateliers d'expression

Le foyer du nouveau Petithéâtre en 1990

photos : bulletin n°45 de Sedunum Nostrum

 
 
   
© 03.09.2015 Petithéâtre
peinture|myriam machi © michaël abbet|photo