spectacle précédent spectacle suivant

Amertumes
par la Compagnie des Schlingués (F)

LES 5, 6, 7 ET 8 DÉCEMBRE 2013 | jeudi à 19h, vendredi à 20h30, samedi à 19h et dimanche à 17h

Distribution

texte et mise en scène : Jean-Yves Michaux
avec Vincent Maturin et Jean-Yves Michaux
musique Philippe Gelda
scénographie : Guillemette Quintin
lumière : Richard Pierre
production : Compagnie des Schlingués

Le spectacle

Amertumes, c'est l'histoire du « Très vieux » de 99 ans 99 mois 99 jours 99 heures 99 minutes 99 secondes 99 millièmes de secondes. Il nous fera revivre toutes les péripéties brouillonnes des hommes.

Péripéties écologiques, péripéties des énergies fossiles, péripéties de l'économie, vision du monde et du chaos.

L'auteur et le texte

L'AUTEUR

Jean-Yves Michaux est l'un des acteurs fétiches de Valère Novarina et a fait l'ouverture du Festival d'Avignon avec « L'Acte Inconnu » dans la Cour du Palais des Papes en 2007. Pour mémoire, il a joué Le Monologue d'Adramélech sous la direction de Novarina à Vidy, au Théâtre de la Bastille, à Washington, Atlanta, et... au Petithéâtre de Sion, en septembre 2011 !

En tant qu'auteur, Jean-Yves, inspiré par Charlie Schlingo (scénariste de bandes dessinées) creuse entre l'absurde et le burlesque, le style de sa propre langue.

Cette langue poétique crée un nouvel espace théâtral, que l'on peut situer entre Jacques Tati et Valère Novarina.

« L'ensemble de mon travail sur la langue dans lequel sont réunis à la fois le jeu burlesque et l'espace de l'absurde crée totalement l'univers des Schlingueries. » Jean-Yves Michaux

EXTRAIT DU TEXTE
Scène 1: Mes étendus territoriaux
Je ne suis pas vraiment à la fraîche depuis mes derniers soubresauts. C'est un tangage perpétuel. Ils me traitent tous de colifichet et de ver de terre, cela me va bien. J'ai un pied dans les chrysanthèmes et mes oripeaux qui craquellent. J'ai l'agonie solide depuis que je ne sais plus lire l'heure. Mes ouailles se sont fait la malle. C'est bien triste à dire, mes coutures claquent à tout va. Il ne faut plus que je transpire, sinon je sèche de l'oeil droit. Bon, je m'écoule, c'est évident et je n'ai plus rien pour me retenir. Le reste de ma vie de veut plus temporiser. Il faut que je m'en sépare. (...)

La compagnie

La Compagnie des Schlingués est implantée à Toulouse depuis 2012, et présente les textes de Jean-Yves Michaux.

Il a écrit et mis en scène « Des Boires » au théâtre de l'Acte, « Les deux Frères Mathurin » à Rieux Volvestre, « L'Horrible détournement » à Lafitte Vigordanne, puis repris en Avignon au Théâtre des Bariques en juillet 2013.

La Compagnie crée « Amertumes » à la Cave Poésie en novembre 2013.

Critique du spectacle par Delphine Riand

Épopée au cœur de l’existence humaine

Au théâtre le continuum espace-temps ne répond à aucune règle tangible. Réinventé en fonction de la performance qu’il dessert, l’interstice temporel s’affranchit de toute contrainte. Passé, présent et futur s’amalgament pour laisser place au jeu d’acteur ainsi qu’à la mise en scène, qui s’inscrivent dans une temporalité définie de l’ordre du maintenant.

Le rideau se  lève sur un très vieil homme, au pas lent, à la démarche fébrile. Il n’en a plus pour très longtemps. Son corps est à l’agonie, ses pensées s’égarent pêle-mêle. Pourtant il lui reste ses souvenirs. Alors il se souvient… et nous avec lui.
Sous le masque du vieillard malade se cache un jeune homme rempli de fougue et d’audace, révolté contre un monde en décadence, insurgé contre la société capitaliste. En quête de sens, d’Eldorado ou peut-être simplement d’espoir, il s’en va à la recherche de l’Ile Bleue, terre promise, royaume de tous les possibles. En chemin, il fait diverses rencontres, aussi absurdes qu’improbables, qui ne feront que confirmer les travers d’une planète à la dérive.  Famine, crise économique, catastrophe écologique, folie des hommes et de leur soif de pouvoir, il ne fait pas bon vivre au 21ème siècle. La suite, quant à elle, ne présage rien de bon.

Amertumes est une épopée au cœur de l’existence humaine. Tout s’y mélange ; les gens, les générations, les idées, les envies. Les mots et les intonations aussi. Le piano donne le tempo de cette pièce au rythme saccadé. Douce et mélodique, un brin trop légère lors des scènes avec le vieillard, la musique s’envole, s’agite, s’aggrave en présence du jeune homme. Vincent Maturin est le jeune homme, il est aussi le vieillard de 99 ans. Le passage de l’un à l’autre tout au long de la pièce est d’un naturel déconcertant. Les notes du synthé de Philippe Gelda aident à récupérer le fil lorsque les transitions sont trop rapide ou le texte un poil trop dense. Si le spectateur se perd en chemin, cela n’a rien d’anormal. Il s’agit d’un voyage personnel qui implique le vécu et le ressenti de chacun. Certains se retrouveront dans la détresse du jeune homme, d’autres dans ces colères ou ses aspirations. Durant tout le périple, comme pour rappeler la fatalité inéluctable de toute vie humaine, le vieil homme revient et assure la liaison entre les différentes parties.
Ainsi, la pièce de Jean-Yves Michaux, que l’on connaissait comme comédien dans le Monologue d’Adramélech de Valère Novarina, nous est servie sous forme de cocktail explosif, teintée d’un arrière goût amer en fin de bouche. Le comique burlesque allège le texte cru, acide, parfois trop lourd à digérer. Les mots sont aiguisés, l’indignation est de mise. Indignation contre une civilisation obsolète qui préfère ne rien voir, ne rien entendre. Indignation contre une existence fugace qui se solde par trop de rêves avortés. Indignation contre une terre qui boit la tasse et se laisse couler avec les poissons plutôt que de sortir la tête hors de l’eau pour continuer à lutter. Amertumes en soi, c’est une mise en garde à l’attention de tout à chacun : depuis les vieillards pour qui le monde va mal jusqu’à la jeunesse qui a mal au monde.

Présentation vidéo

Prochainement !

Bande annonce du spectacle

Presse, documents et liens

« Michaux part pour Avignon », article de La Dépêche, 17.06.2013

Durée, prix et réservation

Environ 70 minutes.

Plein tarif : 30.-
Tarif réduit : 20.-
Enfants (jusqu'à 10 ans) : 10.-

027 321 23 41
reservation@petitheatre.ch




 
     
   
© 2005 Petithéâtre
© michaël abbet