spectacle précédent spectacle suivant

Interroger l'habituel
d'après Georges Pérec

DU 27 AU 30 OCTOBRE 2011 | jeudi à 19h, vendredi et samedi à 20h30, dimanche à 17h

Distribution

montage de textes de Georges Perec et inspiration du moment
mise en scène : Erika von Rosen
avec Brigitte Paul, Erika von Rosen, Cédric Djedje et Jean-Luc Farquet
scénographie et costumes : Perrine Leclere
image et vidéo : Valéria Stucki
lumières : Danielle Milovic
sons : Pierre Xucla
administration : Erika Wiget

Le spectacle

Nous dormons notre vie d'un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ? De ces interrogations formulées par Georges Pérec, Erika von Rosen et son équipe en tire un spectacle : interroger l'habituel.
C'est une oeuvre interactive à quatre comédiens qui interagissent avec des vidéos tournées dans le quartier du Petithéâtre. Véritable recherche sur l'humain, en lien avec son quotidien et face à ses propres réalités, Interroger l'habituel s'articule autours de mille petites phrases récoltées dans le voisinage, acteur à part entière de ce spectacle. Interroger l'habituel pousse aussi à l'introspection de soi-même et mieux encore, à l'ouverture vers l'autre.

Interroger l'habituel a été créé au Théâtre de l'Usine à Genève et a rencontré un formidable accueil du public, nombreux et debout à la fin de chaque représentation !

L'auteur et le texte

Georges Perec est né en 1936 à Paris, de parents juifs polonais émigrés en France vers la fin des années 1920. Son père, engagé volontaire, est mortellement blessé en juin 1940 ; sa mère est arrêtée en janvier 1943, internée à Drancy puis déportée à Auschwitz, d'où elle ne reviendra pas. Le jeune orphelin est élevé par sa tante paternelle et son mari. Après sa scolarité au lycée Claude Bernard et des études d'histoire et de sociologie à Etampes, il forme très vite le projet de devenir écrivain. Dès lors, Georges Perec ne cessera d'écrire et de publier, couvrant à peu près tous les genres avec une œuvre multiforme. Par ailleurs, certaines de ses œuvres ont été adaptées pour le théâtre dont principalement : Je me souviens, créée et jouée par Samy Frey au Festival d'Avignon en 1988. Il meurt prématurément le 3 mars 1982 en laissant un roman inachevé, 53 jours.

« Interroger l'habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l'interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il ne semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s'il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s'il n'était porteur d'aucune information. Ce n'est même plus du conditionnement, c'est de l'anesthésie. Nous dormons notre vie d'un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ?

Ce qui s'agit d'interroger, c'est la brique, le béton, le verre, nos manières de table, nos ustensiles, nos outils, nos emplois du temps, nos rythmes. Interroger ce qui semble avoir cessé à jamais de nous étonner. Nous vivons, certes, nous respirons, certes ; nous marchons, nous ouvrons des portes, nous descendons les escaliers, nous nous asseyons à une table pour manger, nous nous couchons dans un lit pour dormir. Comment ? Où ? Quand ? Pourquoi ?
( ) Il m'importe peu que ces questions soient, ici, fragmentaires, à peine indicatives d'une méthode, tout au plus d'un projet. Il m'importe beaucoup qu'elles semblent triviales et futiles : c'est précisément ce qui les rend tout aussi, sinon plus, essentielles que tant d'autres au travers desquelles nous avons vainement tenté de capter notre vérité. »

Extrait de L'Infra-ordinaire, Georges Perec

La compagnie

La Compagnie Anadyomène est née le 20 janvier 2005 à Paris sous la direction artistique d'Erika Wiget nommée von Rosen, comédienne et metteur en scène, à la suite de l'attribution du Prix Paris Jeunes Talents en 2004 pour le spectacle Coco de Bernard-Marie Koltès, spectacle élaboré par un collectif d'artistes. Elle a été délocalisée en 2009 sur Genève.

La Cie Anadyomène est une association à but non lucratif visant à produire des spectacles vivants dans les domaines du théâtre, de la musique, de la danse, de la vidéo, du cinéma, des installations, des performances et dans tous les domaines artistiques en développe- ment ou en mutation. L'association développe, publie, échange des recherches scéniques en dialogue avec le public et en lien avec des expériences sur les nouvelles formes de présence.
Sa première production s'est penchée sur un texte de Koltès, Sallinger, destinée, entre autres, aux adolescents et jeunes adultes.

Cette compagnie désire avant tout proposer des productions d'auteurs reconnus qui provoquent une réflexion et qui permettent d'engager une recherche artistique multidisciplinaire : une écriture sur le monde d'aujourd'hui qui favorise sa compréhension. Pour pouvoir partager ce travail et rendre crédible cet objectif, la compagnie a besoin d'un échange réel avec le public.

Cependant, pour tisser des liens, il leur faut trouver une continuité, un fil à suivre, un chemin à parcourir avec les différents acteurs qui constitueront le public d'aujourd'hui et de demain, des actions de médiation culturelle qui créent une opportunité de rencontres et d'échanges personnalisés favorisant l'apprentissage et l'appropriation de la culture par les clientèles les plus éloignées de l'offre culturelle professionnelle. Ces actions mettent l'accent sur un travail de contact et permettent de faire le pont entre le citoyen et l'activité culturelle.

Photos de répétition
Présentation vidéo par Erika von Rosen


Erika von Rosen
Interroger l'Habituel

 

Extrait vidéo
Prix et réservation

Plein tarif : 30.-
Tarif réduit : 20.-
Enfants : 10.-

027 321 23 41
reservation@petitheatre.ch




 
     
   
© 2005 Petithéâtre
© michaël abbet