Chronique à propos du spectacle : 06 – Heidi (saison 2016-2017).

Heidi (Inbal Yomtovian)

Jouer avec les clichés, quels qu’ils soient, c’est périlleux. On est vite dans le cliché de clichés. Mais la proposition de la compagnie Golden Delicious Ensemble avec son théâtre d’objets est pleine de trouvailles, surprenante, drôle et truffée de ces moments délicieux où personnellement je m’émerveille de l’inventivité de mes frères humains.

De l’avion qui croise en ciel bleu à la poule qui s’ébat, du massacre de carottes aux briques de lait habitées, on pourrait simplement se délecter de ces vignettes colorées qui seraient comme des bulles qui éclatent dans l’air clair et dont le spectateur fait ce qui lui chante. Mais le parti pris de la compagnie est de tenter de broder d’un fil rouge des morceaux d’une trame qui ne me raconte rien, un entre-deux qui n’est ni du surréalisme par touches, ni vraiment une histoire, ni vraiment une critique, ni rien en fait de très assumé, et ce n’est pas que j’aime spécialement définir les choses mais à un certain moment je me lasse de me demander “mais où veulent-ils en venir?”

par Magali Charlet

Magali a de nombreuses cordes à son arc ! Elle a notamment été active pendant plus d'une année au sein de l'équipe du Petithéâtre et elle est, depuis, restée une habituée du lieu et une blogueuse régulière.


Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

@