Chronique à propos du spectacle : 05 – Tokaïdo (saison 2016-2017).

youkaïdi tokaïdo
(japon japonpon japonboum tralala)

Tokaïdo
(photo : Michaël Abbet)

l’instant tragique, la minute nécessaire de vulgarisation
désincarner la magie du théâtre
expliquer le plateau, les lumières, les accessoires qui serviront
attention vulgariser n’est pas rendre vulgaire
c’est attirer la poésie où elle va rarement, seau d’eau, abat-jour, boîtes,
boîtes de rangement, boîtes de dérangement

le voyage peut commencer
le chemin de Compostelle, le Transsibérien, la route de la soie, la promenade du bisse
mais au Japon (japon japonpon)
le voyage est prétexte
le prétexte est voyage
je t’emmène où je veux, mais le hasard m’emmène ailleurs
c’est un jardin d’enfant, avec comptine et picoulet
avec la petite fille et le dragon
mais au Japon (reprenez avec moi japon japonpon)

le voyage permet la perte du sens,
le changement d’itinéraire et le marché des destinées
des italianneries, de l’opéra, du Bobby Lapointe,
le Styx et les fesses de la déesse
un vent ravageur
mais au Japon (silence, c’est sérieux)
culture japonaise, danse japonaise, poésie japonaise, contes et légendes japonaises
inventés sur place, rue du vieux collège 9
dans l’immédiat, 14 janvier, dix-neuf heures trente-sept
la révélation des accessoires, la mort du samouraï
l’esprit du seau, la tendresse robotique

nous sommes au Japon (japon japonboum)
Mifsud et Mudry sont kamikaze
le théâtre japonais a explosé
pour le plaisir du petit garçon qui refusait de sourire

un tragique solo de trompette (japonpon japonboum tralala tatata)
pour l’irruption de la geisha

c’est fini, on sourit on rit
c’est fini, on ferme le National Geographic Wikipédia
c’est fini, la soirée diapos sous les applaudissements
c’est fini, le voyage était plaisant
attention quand même au décalage horaire

par Pierre-André Milhit

Pierre-André Milhit est né en 1954 à Saxon et vit aujourd'hui à Montorge sur Sion. Il a pratiqué treize métiers parmi lesquels chauffeur-livreur, employé de pompes funèbres, garçon de café. Il est désormais travailleur social et rédige régulièrement des chroniques pour ce blog.


Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

@